[SPOILER ALERT] La durée de 5 minutes est non contractuelle. Si vous avez mis plus de 5 minutes pour lire cet article, recommencez en lisant plus vite.

Dans cette série (j’espère que ce sera une série) d’articles, on va essayer de s’attaquer de façon simple et concise à des concepts de nouvelles technologies (ou autre, on est pas fixés). L’idée est de survoler ces concepts pour donner une compréhension globale (sans rentrer dans les parties techniques, pour lesquelles on essayera de donner des liens en bas d’article)

DONC :

N’hésitez pas à amener en commentaires les points importants que j’aurai manqués, toute imprécision et incorrection (voire de lancer des débats sur le sujet, auxquels je prendrai part avec plaisir), mais gardez en tête que le but de cet article est de pouvoir avoir un aperçu rapide sans avoir de connaissances préalables, et de pouvoir être lu dans le métro avec la tête dans le gaz sans causer de surchauffe.

La crypto-monnaie

Une petite définition pour commencer : (tout va bien, on expliquera ça en détail après)

« Une crypto-monnaie, dite aussi cryptodevise ou monnaie cryptographique, est une monnaie électronique utilisable sur un réseau informatique de pair à pair ou décentralisé, fondée sur les principes de la cryptographie, que l’on peut émettre soi-même et qui permet de régler des transactions. ».

On va se détacher un peu de la notion classique de « monnaie » qu’on peut avoir : ici, il faut comprendre qu’on ne parle de rien de tangible, mais bien d’une monnaie d’échange au sens premier du terme : uniquement une mesure de richesse, qui va servir d’étalon pour des échanges. Bien que les crypto-monnaies établies aient le plus souvent un cours en euro ou en dollar (c’est plus simple de raisonner en se disant que 1 Bitcoin vaut 7209 USD), une crypto-monnaie pourrait tout simplement être un moyen de paiement non chiffré.

Par exemple : Pierre, Paul et Jacques sont en colocation. Chacun en a un peu marre d’avoir l’impression d’être le seul à ranger, à faire la vaisselle … Ils décident donc de se créer une crypto-monnaie, disons la « CAGE », pour pouvoir avoir une vision plus claire des tâches effectuées par chacun. Ils vont devoir quantifier chaque tâche (ménage salon = 5 CAGE, vaisselle = 2 CAGE …), mais cette monnaie sera uniquement une base d’échange et n’aura pas de valeur chiffrée en euros.

Une monnaie décentralisée

Un des intérêts principaux est de créer une monnaie décentralisée. C’est d’ailleurs une des caractéristiques principales d’une crypto-monnaie (avec l’utilisation de la cryptographie, mais on va y venir). Plus simplement, nos colocataires n’ont pas besoin de passer par une banque : ils disposent juste d’une application sur leur téléphone permettant à chacun de payer – d’envoyer des CAGE – aux autres.
Au lieu d’être dans un système centralisé par un serveur (j’envoie un ordre de virement à ma banque, qui vérifie mes fonds et fait suivre au destinataire), on élimine ainsi l’intermédiaire. Les utilisateurs de la monnaie forment un réseau qui soutient la crypto-monnaie de façon indépendante et autonome. Ce réseau est construit sur un système « de pair à pair » (peer-to-peer), c’est-à-dire que les échanges d’information ne passent pas par un serveur mais directement de membre à membre.

Architecture réseau "serveur/client" et "pair-à-pair"

Architecture réseau « serveur/client » et « pair-à-pair »

La blockchain

On en entend parler partout, parfois un peu comme le remède à tous nos maux (pauvreté, faim dans le monde …). Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Une chaîne de blocs. Bah super. Allez, on va développer un peu.

Un des problèmes qu’ont Pierre, Paul et Jacques, est que Jacques est un flemmard. Plutôt que de bouger de son canapé pour faire la vaisselle, il a été bidouiller un peu son application pour se donner des unités de CAGE. Effectivement, sans banque (qu’on définirait en termes plus techniques comme un « trusted third party », un tiers de confiance), personne ne peut vraiment savoir qui a combien de notre monnaie : Jacques se « crée » 50 unités, paie les autres pour faire le ménage, et personne ne peut rien lui dire (même si tout le monde voit bien que le canapé se creuse à vue d’œil).

Et c’est là qu’intervient la blockchain : elle va servir de registre permettant de déterminer l’état des portefeuilles (« wallet ») de chacun. C’est le point important à retenir : la blockchain est un registre public qui permet à tous de savoir combien les autres détiennent (et donc à la fois d’empêcher la création de monnaie par un fraudeur, et de vérifier que la personne qui nous paie a bien assez d’argent pour le faire).

Comment ? C’est assez “simple”, en fait, quand on y pense. Pour savoir où les trois colocataires en sont, il suffit d’enregistrer toutes les transactions depuis la création de la monnaie : si tout le monde commence avec un pécule de 50, et que je peux regarder les transactions enregistrées dans la blockchain pour déterminer que X a donné 5 CAGE à Y, je vais pouvoir très facilement savoir de combien chacun dispose à l’instant t.

Le principe sous-jacent est celui de « bloc » : quand je fais une transaction, je le dis à tout le monde sur le réseau, et je l’enregistre dans un bloc qui contient certaines informations importantes (par exemple qui donne, combien, à qui et pourquoi), ainsi que la signature qui va permettre d’authentifier le bloc sur le réseau (mais on verra ça une autre fois).

Un bloc

Un bloc

Ensuite, une fois que le réseau a accepté que mon bloc était valide, par – insérer une grosse partie technique ici* –, on le rajoute au-dessus du bloc précédent, pour former … wait for it … une CHAINE DE BLOCS. Chaîne, à laquelle tout le réseau à accès pour vérifier à tout moment combien chaque membre possède, et surtout si la transaction qu’on rajoute est valable (que personne ne paye avec un porte-monnaie vide, par exemple).

Deux blocs, trois blocs ...

Deux blocs, trois blocs …

*Ne vous inquiétez pas, je vous expliquerai ça sous peu**!
**Offre soumise à condition

Documentation :

N.B. : Si vous avez une question précise, n’hésitez pas à la poser en commentaire ! (Sinon, il suffit de taper quelque chose sur votre moteur de recherche préféré pour trouver une tonne de doc, mais c’est plus sympa de poser la question ici pour que tout le monde en profite 😊 )

Pour rentrer dans le vif du sujet :

Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System – Satoshi Nakamoto

Anglais, 9 pages – Papier de recherche préliminaire au Bitcoin (globalement manifeste fondateur de la blockchain, un peu technique mais très dense)

What is blockchain technology ? – BlockGeeks

Anglais, article – Exploration plus large et plus technique de ce qu’est la blockchain, avec des exemples concrets d’application, l’explication des termes techniques … (et des dessins beaucoup plus beaux que les miens !)

Comprendre la blockchain – Finyear

Français, 56 pages – Article plutôt axé business/finance, avec des focus sur les applications actuelles de la blockchain dans l’environnement économique (smart contracts, Dapps …)

Pour ceux qui programment un peu :

Let’s build the tiniest blockchain (Python, intermédiaire)

Un tuto assez simple pour créer votre propre blockchain et comprendre par un exemple basique comment le système fonctionne

Posted by Lucas T.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *