Tu as un QI à trois chiffres, tu veux toujours savoir « qui, quoi, comment – et pourquoi pourquoi pourquoi » ? Ton animal préféré, ce n’est pas le chien mais le Canis lupus familiaris ? Alors tu as de fortes chances d’être un enfant précoce/un surdoué/un petit génie (rayer la mention inutile). Tu souffres de l’incompréhension des autres et tu t’enfermes ainsi dans la solitude ? N’aie crainte, mon loulou : ce guide t’aidera à conquérir le monde.

Règle n°1 : Connais-toi toi-même (ou les six profils des enfants précoces, par Georges Betts et Maureen Neihart)

Le Type I, « The Successful », est l’enfant qui apprend vite et qui comprend tout. Cher Type I, je vois que les 20/20 s’empilent dans ta chambre, bravo ! Tes maîtresses t’aiment beaucoup – tes maîtres aussi, je te rassure – et toi aussi, tu les aimes beaucoup, parce que tu recherches constamment leur approbation. En fait, tu recherches celle de tous les adultes, ce qui explique ton goût pour le perfectionnisme et ta peur de l’échec (mais ne sais-tu pas que personne n’est parfait et que l’erreur est humaine ?). Heureusement, tu n’as en général pas trop de problèmes de comportement à l’école.

Par contre, si tu es du Type II, « The challenging », ça se corse un peu. Tu es une vraie tête de mule, n’est-ce pas ? Tu ne penses pas comme les autres (tu es « anticonformiste », me précises-tu – employons donc les grands mots !), peut-être est-ce d’ailleurs la raison pour laquelle tu t’ennuies ferme en classe. En revanche, tu défends avec ferveur tes opinions, quitte à te laisser parfois emporter par tes émotions. « Élève perturbateur », « insolent »… Tes enseignants et tes parents en voient de toutes les couleurs ! Calm down, loulou.

Le Type III, « The Underground », est l’enfant effacé. Tu refuses de reconnaître tes facultés hors du commun (non, je ne parle pas de super-héros) afin de faciliter ton intégration au sein de tes pairs. Félicitations, tu te fonds très bien dans la masse, mais à quel prix ? Tu es frustré, frustré de devoir te cacher, de devoir faire semblant. À force d’enfermer la vérité, tu en viens à développer des difficultés à te dévoiler sur le plan émotionnel. Forcément, ce blocage t’amène à manquer de confiance en toi, et c’est bien dommage (car, pour conquérir le monde, il faut être confiant !).

Si tu es toujours en colère, alors tu es du Type IV, « The Dropout ». Tu es en colère contre tout et tout le monde (genre Schtroumpf grognon puissance dix), contre l’école, contre les adultes, contre toi-même. Tu as l’impression que le monde ne t’est pas adapté, alors tu refuses de faire tes devoirs, parce que pas content, pas content, pas content. Tes résultats en prennent un coup, on te considère comme un élève indiscipliné qui se rebelle contre l’autorité, ou au contraire, comme un touriste qui vient observer le plafond en fronçant les sourcils. Va falloir te ressaisir, mon loulou.

Le Type V, « The Twice Exceptional », est un enfant précoce atteint d’un trouble – trouble d’apprentissage, trouble affectif, autisme… Tu es très intelligent mais tu ne le sais pas, tu es un petit génie mais tu as des difficultés, tu pourrais dominer le monde (si, si !) mais des facteurs génétiques indépendants de ta volonté perturbent ton travail. Pas étonnant alors que tu sois confronté à des échecs à répétition qui t’angoissent et qui pulvérisent ton assurance. Il faudra t’accrocher.

Si tu es du Type VI, « The Autonomous Learner », alors tu es un vrai petit chanceux. Contrairement à tes pairs mentionnés ci-dessus, tu t’acceptes parfaitement comme tu es et tu as confiance en toi, une confiance qui te pousse à prendre des risques et à relever des défis. Non content d’avoir le QI d’Einstein et l’égo de Kanye West (je te provoque, voyons), tu as en plus la popularité de Beyoncé. Toujours enthousiaste et n’ayant pas peur d’exprimer tes opinions, tu sais te faire apprécier de tous. Félicitations, mon petit gars, tu es en passe de devenir le maître du monde.

Règle n°2 : Deviens le maître du monde (l’univers, ce sera pour plus tard)

Tu es en avance sur les enfants de ton âge, et tu es même plus intelligent que beaucoup d’adultes. Accepte-le ! Ce n’est pas un défaut, bien que tu puisses le vivre comme tel. Ce n’est pas que les autres soient profondément stupides (je te l’accorde, certains le sont), c’est simplement que tu comprends mieux qu’eux, plus vite qu’eux, et tu comprends des choses qu’eux ne comprendront jamais.

Fais un effort avec eux, ils feront un effort avec toi. Tu ne veux pas paraître trop en décalage par rapport à ton entourage ? T’inquiète, va. N’aie pas peur d’assumer ton génie (pourvu que ta tête ne devienne pas obèse). Si tu t’y prends avec subtilité, tu t’attireras l’admiration de tes futurs sujets. Perfect.

Pendant que tes petits camarades dessinent des maisons sous un soleil jaune, tu te plonges dans la lecture des Origines de l’univers, parce que le Big Bang, les dinosaures et les australopithèques, ça t’intéresse vachement plus que de savoir de quelle couleur colorier la porte. Oh, et tu te retiens de leur rappeler que nous vivons dans un monde en 3D, et que la vraie couleur du soleil, c’est le blanc. Fais un grand sourire, apprends-leur à dessiner un rectangle en volume, et magie ! tu auras plein de serv… de copains. Si tu trouves que décidément, tu aimerais bien parler de l’influence de la Lune sur les marées (parce que dessiner des croissants t’a donné faim et dessiner des vagues t’a donné soif), les adultes se feront un plaisir de t’écouter et d’assouvir ta curiosité.

Tu ne seras pas toujours d’accord avec eux, ni avec les autres enfants. Accepte-le. Chacun a ses goûts et ses opinions, et argumenter passionnément pour défendre son point de vue est différent de gueuler que moi j’ai raison et toi t’as tort parce que selon la théorie de la relativité… (oui, il y a une différence). Apprends à écouter. Apprends aussi à échouer. L’échec te fait peur ? Respire un grand coup. Dédramatise. Et conquiers le monde.

Le mot de la fin : go go go, mon loulou !
Usain-bolt-still

Posted by Christine Chow